« Le codage m'a donné une voix. »

 (Courtesy of Abisoye Ajayi-Akinfolarin)

(Courtesy of Abisoye Ajayi-Akinfolarin)

Ces étudiantes nigérianes codent pour résoudre les plus grands problèmes de leur communauté.

Avant de rejoindre l’initiative GirlsCoding, Mariam, 13 ans, n'avait jamais utilisé un ordinateur. À Lagos où elle vit, les écoles n'offrent pas de cours de technologie - et nombreuses sont celles qui ne sont même pas inscrites à l'école.

GirlsCoding est le principal projet de Perles Africa Foundation, un organisme fondé par l’ingénieure logiciel Abisoye Ajayi-Akinfolarin. Pearls Africa Foundation offre aux jeunes filles nigérianes les compétences dont elles ont besoin pour prospérer sur le marché du travail - y compris aider les filles comme Mariam à apprendre le langage de programmation. Après seulement deux ans, Mariam maîtrise HTML et JavaScript et est en train de construire son propre site web pour sensibiliser le public à la sécurité alimentaire au Nigéria.

Les filles qui participent au programme GirlsCoding sont majoritairement de Makoko, collectivité où Mariam vit. Makoko est le plus grand bidonville flottant du monde – le village, construit sur pilotis, compte environ 400 000 habitants. La pauvreté, le mariage précoce, les grossesses et la discrimination entre les sexes empêchent beaucoup de filles de Makoko d'aller à l'école.

 Abisoye with Mariam and Nosirat. (Courtesy of Abisoye Ajayi-Akinfolarin)

Abisoye with Mariam and Nosirat. (Courtesy of Abisoye Ajayi-Akinfolarin)

Pearls Africa Foundation fournit aux filles vivant à Makoko le transport après l'école pour participer aux classes offertes dans le cadre du programme GirlsCoding. Pour beaucoup de filles comme Mariam, c'est leur premier contact avec un ordinateur. Les cours débutent par le fonctionnement des ordinateurs puis les différents langages de programmation à savoir HTML, Python, JavaScript et CSS.

Les filles œuvrent pour résoudre les problèmes de leur communauté par le biais du codage. Un des piliers du programme GirlsCoding. Abisoye commence par demander à chaque fille d'identifier un problème dans leur communauté. Pour Mariam, elle pensait à la sécurité alimentaire et la façon dont les agriculteurs ne produisent pas assez pour nourrir leur communauté. Nosirat, son amie de 13 ans, a choisi les mutilations génitales féminines (MGF).

Le site de Nosirat met l'accent sur la formation des utilisateurs aux MGF en les encourageant à faire campagne pour mettre fin à ces pratiques. Un autre groupe de filles de Makoko a créé un site pour aider les pêcheurs locaux à gagner plus d'argent. Leur site permet aux acheteurs de Lagos d’acheter les poissons directement du pêcheur, éliminant ainsi les intermédiaires et augmentant les profits.

En plus d'organiser des cours après l'école pour les filles de Makoko, Abisoye tient également un programme estival de formation intensive destiné aux filles en exil dans des camps aux alentours de Lagos. Abisoye explique que la majorité de ces filles ont fui Boko Haram du nord du Nigéria. Elle les aide à créer un site web où elles peuvent partager leurs histoires.

Abisoye déclare que les rêves de ses jeunes filles étaient limités avant de participer à ces cours. Mais après avoir acquis ces nouvelles compétences, les filles commencent à s'imaginer dans des carrières différentes et Abisoye entend désormais : « Je veux être une ingénieure logiciel » ou « Je veux être une programmatrice. »

« Je leur donne des compétences qu'elles n’apprendront probablement jamais à l'école, parce qu'elles ne vont pas dans ces écoles qui enseignent ce qu'elles peuvent utiliser dans des emplois à l'avenir, » déclare Abisoye. À l'âge de 13 ans, Nosirat reconnaît l'importance du travail d’Abisoye dans sa vie et celle de ses camarades : « Ce qu'elle fait maintenant, nous transforme en leaders de demain. Il est essentiel pour les jeunes filles d'apprendre la technologie et les langages de programmation de sorte qu'elles ne soient pas laissées pour compte. »

This article is also available in Arabic, English, Portuguese, and Spanish.


Like what you’re reading? Subscribe to Assembly to get girl-powered posts delivered to your inbox twice a month.


 
Tess headshot.jpg

ABOUT THE AUTHOR

Tess Thomas is editor of Assembly, a digital publication and newsletter from Malala Fund. She loves books, cats and french fries.