56 correspondants et 32 pays : Sana Khader découvre le monde à travers des lettres

(Gracieuseté de Sana Khader)

(Gracieuseté de Sana Khader)

« Mes lettres et mes cartes postales sont ma façon de voyager à travers le monde », explique cette jeune Indienne de 22 ans.

Sana Khader a vu les collines d'Irlande, la faune de l'Alaska et les gratte-ciel de Malaisie… à travers des lettres. Sana est une fervente correspondante. Elle a 56 correspondants dans 32 pays. Elle ne peut pas visiter le monde, mais elle a l'impression de le faire grâce à ses correspondants.

(Gracieuseté de Sana Khader)

(Gracieuseté de Sana Khader)

Pendant que la plupart d'entre nous sont occupés à consulter nos e-mails, SMS, WhatsApps, iMessages, Slacks et DM (la liste est longue), Sana guette le facteur qui lui apporte des nouvelles de ses amis. Elle a commencé à correspondre parce qu'elle voulait découvrir des cultures en dehors de son pays natal, l'Inde. Elle pense qu’écrire des lettres est l'un des moyens les plus intimes et personnels de communiquer.

J'ai discuté avec Sana de son passe-temps de correspondante, pourquoi elle pense que les lettres sont importantes à l'ère numérique et comment faire pour trouver des correspondants.

Tess Thomas (TT) : Comment arrivez-vous à vous y retrouver avec tous ces correspondants ?

Sana Khader (SK) : Je tiens un journal où j’écris les détails de chaque lettre que j’envoie ou que je reçois. Je sais où j’en suis parce que j’assigne des pages à chacun d'entre eux sur ma liste de correspondants. Je colle aussi une photo sous leur nom pour savoir à quoi ça ressemblera quand ils recevront la mienne !

TT : Pouvez-vous donner un exemple de ce que vous avez appris sur une culture ou un pays grâce à vos correspondants ?

(SK) : Les cartes postales que je reçois de mes correspondants m'en disent long sur l'endroit et le pays où ils vivent. Je me suis toujours dit que nous étions des citoyens du monde. J’aimerais beaucoup visiter le monde. Mais, comme ce n’est pas possible pour l’instant, mes lettres et mes cartes postales sont ma façon de découvrir le monde. J’ai vraiment l’impression d’avoir visité 32 endroits différents grâce à ces correspondants.

TT : À votre avis, quels sont les avantages d’envoyer de vraies lettres plutôt que d’utiliser la messagerie électronique ?

SK : Les lettres racontent une histoire. Elles sont authentiques. Elles ne masquent pas nos sentiments. Confier vos pensées sur une feuille de papier traduit un sentiment. Je ne ressens pas la même chose avec les SMS que je reçois tous les jours ! Aucune technologie ne peut remplacer ça.

TT : Que ressentez-vous quand vous recevez une lettre d’un correspondant ?

SK : Ouvrir ma boîte aux lettres et y trouver une lettre manuscrite d’une personne qui m’est chère me fait toujours sourire. J'attends que le facteur frappe à la porte pour savoir combien de mes amis m'ont écrit cette semaine-là.

 

TT : Comment faites-vous pour trouver vos correspondants ?

SK : Il y a de nombreux sites qui nous permettent de trouver des correspondants partout dans le monde. Vous soumettez une demande, vous attendez qu’elle soit acceptée et vous répondez en lui demandant ce qui l’intéresse. Si tout va bien, vous échangez vos adresses !

 

TT : Y a-t-il une lettre que vous avez reçue de l'un de vos correspondants qui vous a particulièrement marquée ?

SK : J’ai une amie en Irlande qui s’appelle Alicija. L’écriture nous rapproche beaucoup toutes les deux. Nous échangeons nos joies, nos peines et nos soucis sans même nous voir. Mais le lien reste intact.

...mes lettres et mes cartes postales sont ma façon de découvrir le monde.
— Sana Khader

TT : Parlez-moi du projet d’écriture aux réfugiés « Letters of Love » [Lettres d’amour].

SK : « Letters of Love » est l’initiative de mon amie Pooja, où nous envoyons des lettres et des cartes postales aux enfants des camps de réfugiés en Syrie, en Palestine, en Jordanie et autres pays touchés par les guerres. Nous nous rencontrons toutes les deux, rédigeons des courriers et empilons les tas de lettres que nous avons écrites en arabe avant de les envoyer à ces enfants pour le Nouvel An, la Saint-Valentin ou la fête des enfants.

Cette interview a été modifiée et condensée pour plus de clarté.

This article is available in Arabic, English and Spanish.


Like what you’re reading? Subscribe to Assembly to get girl-powered posts delivered to your inbox twice a month.


 
Tess+headshot.jpg

ABOUT THE AUTHOR

Tess Thomas is editor of Assembly, a digital publication and newsletter from Malala Fund. She loves books, cats and french fries.